mercredi 20 novembre 2019

Pourquoi tu pleures? - Alice Éditions

Aborder la mort avec un enfant ce n'est jamais facile. Il se pose des tas de questions, et parfois cela reste à l'intérieur de lui.
Le livre que je vais vous présenter aujourd'hui permet d'aborder ces questions avec un enfant.

Pourquoi tu pleures?


Album de 32 pages au format de 25 x 25 cm, il est conseillé des 3 ans.


Ce que dit la 4ème de couverture : 
" "Pourquoi tu pleures, maman? Patou, pourquoi il est mort?" Les questions innocentes et concrètes d'un petit enfant qui essaie de comprendre la mort, les émotions qu'il ressent et celles de son entourage."

Je perçois cet album comme une possibilité d'échanger avec son enfant sur la mort d'une personne ou d'un animal. Vous ne trouverez pas de réponses à apporter à l'enfant.
Très souvent, nous sommes démunies nous-même face à nos propres questions sur la mort, et n'avons pas de réponses à apporter. Nous sommes parfois nous même dans un mutisme et n'arrivons pas à exprimer notre ressenti, nos questions face à la mort en général.
Souvent, les enfants gardent cela en eux, et n'osent pas poser les questions qui les rongent.
Grâce à cet album, vous pourrez aider votre enfant à poser les questions qu'il a au fond de lui.


Dans cet ouvrage, nous savons qu'il s'agit de Patou, comme l'enfant le prénomme, et dans les illustrations, nous pouvons découvrir avec les lettres qui forment les dessins, le prénom Patrick.
J'ai aimé le fait qu'on ne sache pas si il s'agit d'une personne, ou d'un animal. Face à la mort d'un compagnon, humain ou animal, la douleur est forte. Cet ouvrage peut donc être utile dans tous les cas de figure.

Le texte sur chaque double page est très court, avec une majorité de questions.


J'ai beaucoup apprécié toute la symbolique dans les illustrations de Maud Roegiers (toutes les illustrations sont sur une double page) : toute la force de cet album réside selon moi dans les traits utilisés pour exprimer des sentiments, autrement qu'avec des mots.
J'ai perçu le dessin de la 1ere de couverture comme le fait que l'enfant est en plein "sous la pluie" et que son parapluie, qui était là pour le protéger de la pluie, ne peut plus être là pour le protéger de la pluie.
Les lettres, qui forment au final les questions que l'enfant se pose sur la mort, sur le deuil, sur sa tristesse, volent ici et là dans les pages, tantôt elles sont les feuilles de l'automne qui s'envolent avec le vent, tantôt le vent lui même, la sève de l'arbre, le parapluie lui-même : autant de symbolismes dans quelques lettres.


Les illustrations des pages s'adoucissent au fur et à mesure mais ont toutes beaucoup de sens :
Les larmes de la maman qui sont énormes pour l'enfant qui se protège avec son parapluie.


Son parapluie qui se retourne car il ne peut plus le protéger de la pluie/larmes qui ne coule que sur lui.


La sève au centre de l'arbre, la vie au centre d'une famille, qui plusieurs pages plus tard se prolonge dans chaque branche, comme l'amour qui perdure dans chaque personne d'une famille.
Le parapluie, seul au sol. Le reflet de l'enfant dans l'eau lorsqu'il comprend que tout le monde va mourir un jour.


Puis l'enfant prend conscience de tout cela, il comprend mieux, il met des mots sur ce qu'il ressent, il essaie de comprendre, et les pages s'éclaircissent. Des tons bleus, froids en début de l'album, elles deviennent orangées, plus chaudes.


L'enfant prend parle du futur, de planter des fleurs, tout en étant bien installé sur l'arbre : construire son avenir. Puis il laisse s'envoler le nuage qui déverse des gouttes de coeurs, de l'amour sur son passage.


La dernière page représente sa maman, qui le soutient sous un parapluie. Elle ne pleure plus. Mais les lettres sont toujours là, car la personne qui est décédée reste toujours avec nous, au fond de notre coeur.


Il s'agit d'un album plein de sensibilité, de douceur, de tristesse mais aussi d'amour. Il permet de pouvoir aborder le sujet de la mort avec un enfant, et l'amener à poser les questions qui peuvent le ronger si elles ne sont pas abordées.
La mort est un sujet très délicat, et je suis reconnaissante à Alice Éditions, car elle propose plusieurs ouvrages permettant d'aborder la perte, le deuil.

Cet album d'Elyne Morelle et de Maud Roegiers est rempli de douceur, de bienveillance, de poésie et d'espoir.
Je vous conseille de le lire avant, seul(e), afin de pouvoir aider votre enfant face à ses propres questions, et aux questions contenues dans le livre, et avoir ainsi quelques pistes de réponses.
Lorsque notre voisine est décédée il y a plus d'un an, Paul m'a posée énormément de questions.
J'ai essayé de lui répondre le plus honnêtement possible, avec des faits concrets (à cette époque, il avait besoin de visualiser et de savoir exactement ce qu'il se passe). J'aurai aimé avoir cet ouvrage pour m'aider à argumenter et expliquer des sentiments autrement qu'avec mes mots.

À titre personnel, je suis heureuse d'avoir ce livre, qui me permettra, le jour venu (le plus tard possible), d'aborder de nouveau cette douloureuse expérience avec eux avec ce livre déjà à ma portée de main. Je sais que sur le moment, nous n'avons pas la tête à chercher un livre qui aborde le deuil pour les enfants, et l'avoir déjà me permettra d'avoir déjà un outil pour aider mes enfants, le jour J.

Si vous aussi vous souhaitez vous procurer cet album, il est au prix de 12,90€
Vous le trouverez notamment sur des sites internet tel que la fnac, amazon, cultura...
J'avoue ne pas être étonnée d'apprécier cet ouvrage, ayant énormément aimé l'ouvrage "le sais-tu? que tu ne dois pas tout savoir" de Mylen Vigneault dont Maud Roegiers est aussi l'illustratrice.
N'hésitez pas à découvrir mon avis sur cet album également, sur mon blog, ici :

https://www.chagazetvous.com/2019/03/le-sais-tu-que-tu-ne-dois-pas-tout.html


Pour ne rien rater des nouveautés d'Alice Éditions, vous pouvez les suivre :

Que pensez vous de cet ouvrage?
Est-ce un sujet que vous avez déjà abordé avec votre/vos enfants?

5 commentaires:

  1. Cecile Pereira anciaes20 novembre 2019 à 11:17

    Très beau livre, j'adore les illustrations ! Merci pour cette découverte

    RépondreSupprimer
  2. Hello, effectivement, un livre qui serait utile et qui l'aurait pu l'être lorsque nous avons perdu une personne chère. Ma belle mère enfin mon ex-belle mère (j'ai gardé contact) est décédé fin août. Ma fille lui rendait souvent visite à l'hôpital et la dernière semaine avant le grand départ elle y allait tous les après-midi, forcément les enfants étaient un peu délaissés et posaient des questions.. donc elle disait que leur grand mamie était très malade et puis vint le jour du décès elle leur a dit qu'elle était au ciel, pour les deux aînés ils ont compris, mais pas Hina 4 ans. Et l'autre jour comme ça d'un coup elle dit "ah tu crois que mamie Lucette elle peut manger des crèpes dans le ciel ?" alors ma fille s'est trouvée complètement démunie pour répondre. Livre qui doit donc être intéressant ! merci pour l'article... A retenir bisous mamieordinaire

    RépondreSupprimer
  3. Ça y est choses dites, choses faites...j'ai enfin lu ton article...Ce livre à l'air très joli (comme tout ceux que je connais de chez Alice Édition )malgré le triste sujet.... Je retrouve au vu de celui-ci des choses que j'ai dit à mes filles quand on a perdu notre minette il y a 1 an... "même si elle est plus là, elle est toujours dans notre coeur ". Je sais pas si je l'acheterai, me faudrai le lire avant pour mieux me faire une idée. Même si ton article est super et nous en dit beaucoup, le sujet est délicat et j'ai besoin de mon ressenti perso pour craquer ou pas .
    Catherine Pace

    RépondreSupprimer
  4. je pense que ce livre pourrais etre le bienvenu a la maison surtout que nous avons eu un deces en septembre. ma fille a bien compris les chose mais mon fils pose encore des question

    RépondreSupprimer
  5. Stéphanie Pollet24 novembre 2019 à 08:48

    Bonjour merci pour cette présentation, le sujet n'est pas facile, les illustrations sont trop belles

    RépondreSupprimer

Vous avez lu mon article? A mon tour de vous lire... un petit commentaire me fait toujours plaisir et il fait vivre le blog ;-)